Théâtre au collège – Pour que l’on n’oublie pas

En ce temps des souvenirs, les élèves de 3ème ont pu assister dans l’établissement, à une forme théâtrale contemporaine et intimiste où le récit introspectif se mêle au devoir de mémoire et de transmission. Une jeune adolescente, seule comédienne sur scène, recompose le passé de sa grand-mère à travers les chiffres de son tatouage « 146298 ». La Compagnie « Le Cri dévot » a choisi un format épuré mais résonnant pour mettre en scène le texte de Rachel Coremblit, en convoquant les mots du passé pour dialoguer avec les générations futures.

Extrait : « Le 6. Je ne trouve pas. Le 4 c’est facile. Quatre jours sans manger, sans boire, dans le wagon qui a traversé l’Europe, qui est remonté vers l’est. La soif, j’ai essayé. Je voulais comprendre comment on peut résister. Parce que les mots n’expliquent pas bien. C’est trop abstrait. Je n’ai pas bu d’eau pendant deux jours puis j’ai craqué. Au bout de quatre jours, mamie sort du train, sans lâcher la main de sa sœur. Une femme. Qui tient un enfant. Un bébé. Et le bébé est mort parce que quatre jours sans manger et sans boire, forcément, ça tue les bébés et la femme ne veut pas l’abandonner. »

Un texte poignant et un spectacle émouvant où l’on entend l’urgence de raconter… Une course contre l’oubli.

Tags: